vendredi, février 02, 2007

Web 2.0: Youtube doit partager pour monétiser

Mary Meeker a dit lors sa présentation au récent Web 2.0 Summit (voir p6 - slides via ce billet et podcast ici) que 60% du trafic internet était actuellement de la vidéo non monétisée (en partie de type UGC et en partie de type protégée par droits d'auteur mais diffusée quand même - Cf la lutte de Youtube pour éradiquer la partie protégée)

Cet argument de Mary Meeker s'appuie sur les chiffres et graphiques de CacheLogic de ce billet.

Même si il est hégémonique sur l'argent actuellement dépensé en publicité en ligne, Google a la nécessité d'en attirer toujours plus: le marché de la pub vidéo en ligne est à ce jour estimé à 3 milliards de dollars pour 2010 !. Youtube est leader de la vidéo sur Internet (cap des 100 millions de vidéos par jour largement dépassé) : il ne peut donc "laisser sur la table" l'argent de ces 60% évoqués ci-dessus. La récente intégration de Youtube dans les résultats de recherche ci-dessus a déjà d'ailleurs montré pleinement ses effets en termes de trafic (donc d'argent....) supplémentaire!

C'est donc très logiquement que Chad Hurley, le fondateur de Youtube, a annoncé (cf l'Expansion ou Echos du Net) au dernier Forum Economique de Davos que Youtube allait maintenant passer à la monétisation. Il y a au moins des coûts colossaux d'infrastructure à compenser....

Cependant, comme toute société du web 2.0, Youtube doit trancher le noeud gordien du support et de l'acceptation de ce changement par sa communauté. Pour que cela soit "fluide", le partage avec les producteurs UGC sera de rigueur... C'est d'ailleurs la même stratégie du "doigt dans le pot de confiture" qui a été utilisée avec les majors au moment de l'acquisition de Youtube par Google.

Les arguments supplémentaires de Nick Carr complètent le panorama:
  • c'est aussi un moyen de retenir les "bons" de l'UGC qui pourraient bientôt fuir les concurrents qui rémunèrent déjà: voir Metacafe ci-dessous
  • la monétisation va pousser les plus créatifs à se donner un maximum pour viser le jackpot (cf 35'000 dollars pour les premiers geysers Coke + Mentos)
  • c'est peut-être une préparation à des conditions d'utilisation plus strictes: aujourd'hui l'utilisateur accorde à Youtube une licence non-exclusive sur le contenu qu'il charge sur le site. Youtube deviendra peut-être plus exigeant (exclusivité) quand il rétribuera: il faudra "capturer" les meilleurs, ceux qui reçoivent une part disproportionnée du succès d'audience.
Même si aucune date précise n'a été donnée pour ce partage, il me tarde qu'il se produise effectivement pour si les effets prédits ci-dessus se matérialisent...

En conclusion, je rejoins mon billet sur les petits ruisseaux et les grands fleuves de la Longue Traîne: n'espérez quand même pas trop en vivre!

En effet, Metacafe, un concurrent, publie sur sa homepage la rémunération de ses producteurs, il n'y a vraiment que les top leaders pour qui c'est (légèrement) substantiel ... et encore c'est vraisemblablement le total depuis le jour 0 de ce programme rémunération.

Comme déjà écrit pour les blogs, ne quittez pas encore votre job pour vivre de la vidéo UGC!

Source: blog Media & Tech (par didier durand)

1 commentaire:

Guillaume Champeau a dit…

Très intéressant, merci Didier :)