jeudi, avril 17, 2008

Youtube, TF1: les - maigres ? - fruits du partage et la viabilité de l'UGC!

Comme tous les sites communautaires de type UGC ("User Generated Content") qui veulent trancher sainement le noeud gordien de leur modèle économique, Youtube doit partager pour pouvoir monétiser durablement son service.

Cette monétisation a donc été lancée il y a quelques mois via la publicité, corne d'abondance du Web 2.0 (selon la vision de Ray Ozzie de Microsoft): les 1ères formes publicitaires ont émergé il y a 1 an puis le partage avec les "producteurs-stars" (en nombre encore limité) sur Youtube a débuté 3 mois après.

Après donc un peu moins d'1 année, on peut tirer un 1er bilan:
Le blog NewTeeVee a fait un calcul intéressant: Yuri Baranovsky autour de la série BreakALeg.TV a annoncé avoir reçu 1'600 dollars de Youtube pour 2 millions de vue de ses vidéos.

Cela fait un coût au 1'000 de 80 cts: c'est maigre car moins que le même coût au mille pour de la bannière plus que standard.... [Bien sûr, la vidéo coûte cher à distribuer et donc Youtube ne peut sûrement pas redonner le même 78.5% que la pub AdSense]

Pour rassurer, tout le monde, Youtube a répondu à NewTeeVee que ses différents partenaires étaient rémunérés différemment en fonction de leur audience.

Ouf! Les producteurs de vidéo UGC qui veulent en vivre respirent... ;-)

Le modèle UGC ne pourra pas vivre bien loin si il n'est pas plus lucratif que cela pour les créateurs: on va donc penser que c'est le début, que les annonceurs sont donc frileux, etc... afin d'espérer des jours meilleurs!

La situation actuelle est vraiment sur le fil du rasoir:
On peut bien faire marcher la "destruction créatrice": c'est le sens de l'histoire économique!

Mais il faut à la fin que ce qui a été créé soit viable pour permettre un transfert sain des revenus, employés, clients (annonceurs), etc... vers le nouveau système. Il serait très dangereux pour toutes les parties (quel que soit le domaine) de détruire l'ancien système sans apporter de pérennité réelle à son successeur!

[Via PaidContent]

Source: blog Media & Tech (par didier durand)

7 commentaires:

TOMHTML a dit…

J'ai beau chercher, je ne vois pas quelles vidéos de TF1 sont à la base de la plainte. Si quelqu'un sait...

d.durand a dit…

Salut TomHtml,

qq détails sur Neorama:

http://www.numerama.com/magazine/9342-TF1-rclame-1000-millions-d-euros--YouTube-en-justice.html

TOMHTML a dit…

Bien vu, ça va m'aider pour ma recherche ;)

d.durand a dit…

Salut TomHtml,

J'ai bossé pour toi: les Experts à Miami par exemple doivent être dans le litige

Voir http://fr.youtube.com/results?search_query=experts+miami&search_type=

TOMHTML a dit…

A première vue, aucune de ces vidéos n'a été supprimée de Youtube suite à une plainte.
Quand c'est censuré, le message "This video is no longer available due to a copyright claim by ..." apparait (ici en anglais).

Anonyme a dit…

Bonsoir
Les UGC pillent des contenus à forte valeur ajoutée afin de capter une audience qu'ils monétisent tellement mal qu'ils n'arrivent pas à couvrir leurs frais de bande passante. Le modele est donc connu : sans issue !

d.durand a dit…

Bonjour Anonyme,

Le comportement que vous décrivez (pillage) existe largement mais ce n'est quand même pas le 100% surtout parmi les partenaires de Youtube qui sont vérifiés sur ce sujet avant d'être payés.

cordialement
didier