jeudi, juin 12, 2008

CAC40: les entreprises gênées par la puissance de Wikipedia, la machine à Pagerank

J'ai maintes fois mis en avant la puissance de Wikipedia sur les moteurs de recherche: ses pages sont les premières des résultats organiques (i.e. la colonne de gauche pas la pub) sur des milliers de mots-clefs de recherche.

C'est pour cela que Wikipedia est la deuxième destination externe vers laquelle Google envoie son trafic.( en forte croissance depuis longtemps)

Ces pages à fort Pagerank sont un adversaire de taille pour les fans de SEO commerciale: pour arriver en première page pour les mots-clefs essentiels à son business, il faut arriver à lutter contre la conséquence des liens intensifs de la blogosphère vers Wikipedia qui sont le bon moyen de donner du contexte à un article.

Avec l'étude « Wikipedia cannibalise l'image des entreprises du CAC 40 et de leurs dirigeants. » de l'agence de communication EURO RSCG, on voit émerger une autre préoccupation: cette émergence en haut des 100 milliards de pages mensuelles de résultats, avant les pages officielles d'une entreprise, entraîne la visite de nombreux internautes vers ces pages Wikipedia (voir ce graphique qui explique l'importance critique du "sommet" des résultats) qui disséminent ainsi abondamment leur contenu sur la société avant même que celle-ci n'ait eu droit à la parole.

L'étude EURO RSCG dit ainsi "39 entreprises du CAC 40 voient l'article de Wikipedia les concernant remonter sur la première page des résultats de Google. Pour 12 d'entre elles, l'article est tellement bien référencé qu'il se positionne dans les 3 premiers résultats (STMicroelectronics, Pernod Ricard, Alcatel, Dexia, Suez, LVMH, Vivendi, L'Oreal, CapGemini, Lagardère, Arcelor Mittal et PPR). Ce phénomène touche également leurs dirigeants dont la biographie, pour 29 d'entre eux, s'affiche également dès la première page de résultats de Google."

Le problème est clair: les services de communication de ces grandes entreprises ont du mal à se faire devancer par un contenu qu'ils n'ont pas approuvé distiller le premier message sur l'entreprise et ses dirigeants. Ce contenu pourrait même parfois rappeler des faits réels mais qu'on aimerait oublier (joker! si vous me demander des exemples concrets) ....

C'est clair qu'il y a l'affaire Seigenthaler comme cas d'école gênant pour Wikipedia mais des études ont prouvé la qualité de l'information sur Wikipedia. Sa "Vérité Analogique" ne fait que s'améliorer au fil du temps!

La meilleure solution, de toute façon, reste d' écrire soi-même et en son nom sur Internet: c'est le B-A. BA de la bonne gestion de son identité virtuelle. Des sociétés américaines comme Sun et son ceo Jonathan Schwartz ont déjà parfaitement compris que la transparence totale des entreprises et de leurs dirigeants émerge maintenant et qu'il faut de toute façon faire avec !

Messieurs les chargés de communication, en faisant ainsi, vous améliorerez de toute façon l'image de l'entreprise pour laquelle vous travaillez et, en plus, vous diluerez l'impact de Wikipedia avec même une chance de lui passer devant sur Google par les liens inter-articles entre les blogs des employés de votre entreprise.

Volontaire ou pas, chaque entreprise doit dorénavant devenir "éditeur de presse virtuelle" avec ses employés comme journalistes, interlocuteurs et ambassadeurs en ligne!

Source: blog Media & Tech (par didier durand)

4 commentaires:

[Enikao] a dit…

Au-delà de la question technique qui me dépasse, et de la véracité des informations qui est un peu complexe pour une encyclopédie participative, Euro RSCG Se trompe de combat.

Si les internautes consultent plus souvent Wikipedia que le site corporate d'une entreprise, c'est que ce dernier est globalement... sans intérêt.

Merci tout de même pour vos références, ça m'est utile.

d.durand a dit…

Bonjour Enikao,

abrupt mais réaliste! ;-)
cordialement
didier

MarinaMode a dit…

Très bonne analyse. Mais les grandes entreprises sont encore loin d'avoir compris comment fonctionne le web. Pour ma part, j'ai même été jusqu'à recevoir des courriers recommandés de grandes marques du luxe mécontentes que mon site arrive devant le leur sur Google quand on tape le nom de leurs marques.

d.durand a dit…

Bonjour MarinaMode,

Moi, je leur aurais répondu en proposant mes services SEO! ;-)
didier