mardi, mars 21, 2006

Mes premiers essais Skype 2.0 & vidéoconférence

Je parle beaucoup de Skype car je suis fasciné par le raz-de-marée que lui et ses semblables vont déclencher et cela très vite à partir de maintenant (la masse critique est atteinte!)

Au dela des billets sur Media&Tech, je l'utilise beaucoup avec mes collègues car je travaille dans une société très distribuée où les gens bougent beaucoup.

En effet, la Suisse est nettement moins centralisée que la France et beaucoup plus petite en surface: donc, on fait des "séances" (la version helvétique d'une "réunion" française) un peu partout sans savoir où sont ses autres partenaires habituels.

Skype est donc bien pratique: l'adresse ne change pas quel que soit le lieu où les parties se trouvent. Vous me direz que c'est la même chose pour un téléphone mobile. Ok! Mais, Skype est lui gratuit...

Nous utilisons aussi beaucoup, le "presence management" (collègue dispo ou pas) ainsi que la messagerie instantanée (pour un tout petit mot) ainsi que la conférence téléphonique à plusieurs (jusqu'à 10 quand on a le dernier processeur Intel sur son ordinateur portable).

Nous commençons maintenant à utiliser la vidéoconférence via Skype (annoncée en décembre 2005 - toujours bon d'avoir quelques mois de patience...). J'utilise personnellement la mini-Webcam de Logitech (certifiée Skype) ci-dessous: fonctionne parfaitement après une installation sans souci. Une vraie merveille de techonlogie de moins de 4cm dans sa plus grande dimension!
Pour ceux qui ne l'ont pas encore vu, voici l'interface de Skype vidéo. (merci à Olivier!)



C'est tellement simple qu'il n'y a pas grand chose à dire:
  • une petite icône bleue en forme de caméra est similaire à celle entourée indique dans votre répertoire de contacts si vous pouvez enclencher une vidéoconférence avec votre contact (pour autant qu'il n'ait pas verrouillé la publication de cette fonction depuis son Skype)
  • la vidéconférence passe aussi bien les pare-feux d'entreprise que les communications audio (l'Education Nationale va encore stresser...)
Voilà, c'est à peu près tout ce j'en dirai aujourd'hui:

Skype Video = simple et efficace!

4 commentaires:

matiu a dit…

Bonjour,
une question de néophyte (encore une...):
Que penser de la concurence qui commence à prendre forme, tel que Wengo qui bénéficie de la complicité de Firefox, de yahoo qui lance de nouveaux services très ressemblants?
La question subsidiaire étant: j'aimerai me brancher en voip, mais je ne sais pas quoi choisir...

d.durand a dit…

Bonjour Matiu,

Je pourrais répondre "ça dépend".

Mais, je vais être plus précis.

Skype est le plus gros et le plus implanté dans le milieu professionnel et en plus interconnecté avec le téléphone traditionnel (SkypeOut): Une multitude d'accessoires matériels et logiciels existants et en préparation.

Ensuite, Les IM (Yahoo, MSN) correpondent plus à la vie privée et sont très intéressants par leurs nombres d'utilisateurs.

Wengo, c'est un super concept mais encore jeune et peu répandu

Ce qui nous sauvera tous, c'est l'interconnexion de tout ce petit monde mais il faudra encore attendre un peu: la bataille des parts de marché est en cours....

Faites comme moi: Skype pour le professionnel et MSN pour le privé.

bonne fin de journée

didier

Dominique Blas a dit…

Skype n'est pas un standard et n'a toujours pas publié ses spécifications (et ne le fera jamais pour des raisons non pas liés au secret industriel, qui est protégé de fait, mais pour des raisons sans doute moins avouables (*)).

Pour ma part je ne jure que par les standards. Seuls les standards peuvent nous éviter bien des déboires.
Ok, les standards sont lents, contraignants et vont, pour certains, à l'encontre du business.
Mais ils participent à la garantie d'une plus grande équitabilité pour les utilisateurs ainsi que d'une plus grande sécurité d'usage pour ces derniers.

Ainsi je préfère largement les systèmes s'appuyant sur SIP (en attendant un SIP P2P) qui présente l'avantage de très bien fonctionner depuis au moins 6 ans et d'êter transparent (on peut l'analyser, à l'instar d'un HTTP, d'un FTP afin de voir si ce qui circule n'est pas suspect au niveau de l'enveloppe).

Ok, il faut configurer, ok il faut s'assurer d'avoir de la bande pasasnte, ok le système est centralisé et non distribué.
Mais je peux changer de client (logiciel) quand je veux tout en préservant une même qualité de service. Et ça, pour moi, c'est vital.

Je sais, tout le monde ne fonctionne pas ainsi et recherche avant tout la simplicité, la rapidité et le sans-souci. Pour ma part j'ai besoin (depuis tout petit) de maîtriser ce que je fais (non pas par crainte mais par souci d'être en mesure d'en parler, de former et de rebondir) et accessoirement éviter de me faire couillonner.

Ceci fait que Skype ne m'intéresse pas car la facilité apparente ne fait que cacher, à l'instar d'un µsoft, la main-mise sur le client (qui est ainsi verrouillé sur une offre et rendu captif) voire son utilisation abusive à tous crins (**). Vous me direz que c'est gratuit, certes. Mais si demain Skype annonçait une tarification de tel ou telle liaison bien peu de monde serait capable de dire non ... Le cercle vertueux est engagé.

Impossible me direz-vous ?
Il y a quelques temps certains affirmait, la main sur le coeur, que jamais il ne pourrait y aurait avoir d'interdiction légales de contourner les procédés mis en place par les plates-formes de téléchargement de musique car il y avait la sacro-sainte copie privée !
Hum ... où en sommes-nous aujourd'hui ?

db
(*) Que quiconque tente de me prouver le contraire ?

(**) Qui peut m'affirmer que tel ou tel client Skype n'est pas écouté en permanence ?

d.durand a dit…

Bonjour Dominique,

Je partage à 100% ce que vous dites sur le retournement de situation que Skype tentera sûrement un jour ou l'autre....

Mais, on peut espérer que la concurrence sera tellement forte qu'il n'aura jamais l'opportunité de seulement tenter de le déployer!

PS: J'aime aussi maîtriser ce que j'utilise! En tout cas en informatique. Mais c'est peut-être un info débat: je conduis une voiture et je suis pourtant un affeux mécanicien...

cordialement

didier