mardi, janvier 15, 2008

DataPortability pour réseaux sociaux: les résultats prévisibles

Beaucoup de blogs (dont Fred, Aziz) ont repris l'annonce de la création d'un groupe de travail sur la portabilité des données à travers les réseaux sociaux. Mais, tous les billets sont brefs car il y a peu d'infos disponibles sur le site.

Il s'agit de résoudre finalement 2 problèmes:
  • une question pratique: tenir ses données personnelles simultanément à jour sur (par exemple) Facebook, LinkedIn, Plaxo (Pulse), Orkut, etc... est une tâche insurmontable actuellement. Sa pénibilité pourrait bien à elle seule menacer la pérennité de ces réseaux sociaux encore finalement très fragiles. Je n'irais pas jusqu'à dire comme Tristan (à la lumière de Second Life) que dans 6 mois on n'en parlera plus des Facebook & Co mais la lourdeur actuelle pourrait bien clairement nuire à l'engouement...
  • un problème de fond: mes données personnelles (profil, intérêts, membre de ma tribu, etc...) m'appartiennent intrinsèquement. Elles ne sont pas dépendantes du site social sur lesquelles je les utilise. C'est juste une problème de jeunesse que de devoir les répliquer et les gérer partout...
Le groupe de travail DataPortability a annoncé les technologies qu'il va utiliser (compléments ultérieurs possibles): l'objectif est de réutiliser ce qui existe "sans réinventer la roue" (cf le "invent nothing" ci-dessous)


Donc, on va essayer de jouer le devin sur l'assemblage de ces briques pour résoudre le puzzle actuel:
  • RSS permettra de publier ses activités sur les différents réseaux fréquentés et pourquoi pas de les redistribuer dans d'autres réseaux sociaux. C'est relativement standard déjà: voir Orkut, Plaxo, Facebook, Hi5
  • APML ("Attention Profiling Markup Language") et OPML (liste de lectures) permettront à chaque réseau qui prendra en compte ces fichiers chargés par le membre d'offrir une "meilleure expérience" à l'utilisateur en ciblant mieux les services offerts et leur présentation
  • les microformats permettront un échange facilité des données descriptive des personne objets (fichiers) , activités entre machines, personnes, etc....
  • RDF permettra le tagging sémantique de toutes les données échangées par les protocoles et formats de descriptions ci-dessus
  • OpenID est pour moi la pierre angulaire de cet édifice en construction: on peut s'attendre à une extension massive du protocole Openid pour pouvoir otenir l'ensemble des attributs décrits ci-dessus. Lorsqu'un membre se connectera à l'un de ses réseaus sociaux, ce dernier pourra via l'OpenID (en provenance du serveur choisi par le membre) l'ensemble des infos de son profil qui sont neutres par rapport au réseau social: mon nom, mon adresse, mes intérêts, etc... sont dans ce cas.
Si OpenId sait donc évoluer dans ce sens, on devrait atteindre (un peu de patience....) un SNS ("Social Network Service") très similaire au DNS, pilier de l'Internet, dont l'architecture distribuée n'est pas une des moindres raisons de son succès. Cette architecture distribuée à acteurs multiples correspond entièrement à la vision "Giant Global Graph" que Tim Berners-Lee, le père du Web, a récemment annoncé.

En plus, une telle distribution des forces nivellera les pouvoirs entre les réseaux sociaux et les prestataires de services sécurisés: c'est très bien ainsi car l'hégémonie arrogante (... et dangereuse pour la sphère privée!) des réseaux sociaux ne pourra ainsi pas s'instaurer.

Dans ma vie réelle, j'ai plus confiance en ma banque pour sa solidité mais moins de plaisir à y aller que pour les associations sportives ou culturelles dont je suis membre.

Il faut qu'il en soit pareil dans ma vie virtuelle qui se met actuellement en place!

Source: blog Media & Tech (par didier durand)

4 commentaires:

Jean-Marie Le Ray a dit…

Tiens, voilà un lien qui va te plaire !

Jean-Marie

Mat a dit…

2 remarques et liens pour compléter ton analyse:

- APML va permettre d'emporter avec nous nos goûts et intérêts, comme par exemple nos recommandations musicales de Last.fm: http://tinyurl.com/33fd3u

- Pour être totalement portable, toutes ces données/services devraient être accessibles depuis n'importe quel dispositif et tout particulièrement les dispositifs mobiles, or pour OpenID il y a encore du travail à faire dans ce sens:
http://tinyurl.com/2pm3fx

d.durand a dit…

Salut Jean-marie,

Oui, il me plait!
merci
didier

d.durand a dit…

Bonjour Mat,

Merci pourles 2 liens. Très intéressants

A propos d'OpenId, c'est le point de mon article: je suis sûr que OpenId va évoluer pour pouvoir livrer aux réseaux sociaux ce genre d'infos (APML, etc...) en temps réel
a+
didier