mercredi, janvier 03, 2007

LinkedIn: le recrutement 2.0?

Après avoir rappelé la vision d'il y a 2 ans et décrit brièvement mon utilisation personnelle de Linkedin, je trouve que l'article de Business 2.0 (Décembre 2006) sur le sujet Linkedin vaut la peine d'être rapporté.

Il donne des chiffres nouveaux:
  • on est maintenant à plus de 8 millions d'utilisateurs inscrits et ce sont en majeure partie des "cols blancs" issus souvent d'entreprise high-tech (Google, Microsoft, etc...). Sur ce sujet, il semble que l'on soit en train de passer le point d'inflexion chez Linkedin (le fameux "Tipping Point" mis en avant par le bouquin éponyme de Malcom Gladwell) puisque le nombre d'utilisateurs a presque doublé dans les 12 derniers mois. Ce chiffre de 8 millions est à comparer avec les 1.6 millions de l'européen Xing/OpenBC.
  • Environ la moitié de ses membres sont non-américains
  • Lindkedin est en route vers les 100 millions de dollars de chiffres d'affaires annuels
  • Les venture capitalists prestigieux déjà cités Sequoia et Greylock (investisseurs Cisco, Google, Apple et Yahoo dans le passé...) ont injecté 15 millions de dollars dans LinkedIn pour l'amener à son état actuel qui est celui de la profitabilité
  • l'utilisation du système par les recruteurs est intensive aux USA: 36'000 recruteurs (officiellement déclarés) l'utilisent pour leur travail quotidien: ils payent jusqu'à 3'600 dollars annuel pour les services Premium qui leur permettent de contacter directement n'importe quel membre de Linkedin même si ils ne peuvent le joindre à travers leur réseau de connexion
  • Au-delà des recruteurs, certaines sociétés (l'article cite Microsoft, Google, Salesforce, VMWare) ont des employés dont la tâche est d'établir le plus grand réseau de contact possible. Il n'a bien sûr plus l'objectif de refléter les relations / connaissances de son propriétaire mais celui de maximiser le nombre potentiel de contatts possible vers des candidats, cibles de recrutement en "recherche passive". On parle par exemple d'un employé de Microsoft qui a un réseau de premier niveau de 3'500 personnes (rappel: le mien n'est que au niveau 1). Le "champion du monde" chez Linked est un certain Ron Bates, recruteur, qui arbore fièrement 28'000 connexion directes. [Le fameux nombre de Dunbar qui dit que l'on n'entretient des relations réelles qu'avec environ 150 personnes en même temps est ici bafoué...]
  • Linkedin est "éditeur" d'annonces classées: il offre la possibilité de publier des annonces de recrutement pour env . $100/pièce par pack de 10.

En parallèle, Borrell Associates vient de publier un rapport qui dit que pour la première fois en 2006: les dépenses de recrutement en ligne aux USA (sur des sites type Monster) sont supérieures aux annonces classées de cette catégorie dans la presse. Il prédit que la presse américaine va dorénavant perdre 20% de chiffres d'affaires par an sur ce secteur alors que les dépenses en ligne atteindront en 2010

Quand on couple les informations Linkedin et les informations Borrell, on peut se dire que les méthodes de recrutement vont drastiquement évoluer:

et si Linkedin était finalement la nouvelle forme de recrutement 2.0 dans laquelle les proies passives mais consentantes (les candidats) exposent en permanence et en public leur CV et leur réseau de relations - important et de qualité - aux chasseurs (les entreprises via les recruteurs) afin de se laisser "rabattre" sans avoir d'effort particulier à faire mais en minimisant le risque d'erreur des chasseurs ?

Même si personne ne l'avouera (y.c moi ? ;-)), c'est sûrement la première application que chacun des 8 millions de membres veut trouver au service Linkedin... Mais, "officiellement" , tout le monde préfère d'abord bien sûr évoquer les fantastiques opportunités de business que le système lui a apporté dans son poste actuel. Et c'est surtout vrai pour les membres Premium puisque c'est en général l'employeur courant qui prend en charge les frais Linkedin....

En tout cas, peu de systèmes de recrutement au monde peuvent se vanter d'avoir une telle base de données de 8 millions de CVs, en plus consciencieusement tenus à jour par leurs propriétaires au vu de ce qui précède!

Donc, Linkedin = recrutement 2.0 ?

Source: blog Media & Tech (par didier durand)

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Je suisassez d'accord avec le fait que cela tend vers des services RH 2.0.
Que pensez des concurents de linkedin comme 6nergies.net ou viadeo?

d.durand a dit…

Bonjour,

Je les trouve similaire à Linkedin mais encore très petit en taille ret trop limité à la France (dans un monde globla....)