jeudi, novembre 22, 2007

Le prix d'une personnalisation parfaite = une surveillance pemanente!

Dans un article du Gardian, Seth Finkelstein exprime parfaitement en un seule phrase toute la pr0blématique / le dilemme que vous allons devoir apprendre à gérer avec l'extension permanente vers le monde numérique et virtuelle de notre vie physique et matérielle

"The price of total personalization is total surveillance."
[J'ai légèrement "francisé" pour mon titre]

Lisez l'article de Seth pour y voir comment ces "empreintes numériques" peuvent devenir du matériel judiciaire.

Mais finalement, si nous voulons toujours être mieux servi par la technologie, il va falloir accepter de l'alimenter en permanence par nos activités, notre position géographique et celles de nos proches, etc...

N'est-ce pas ce que l'on voit émerger avec tous ces flux d'activités à enregistrer sur tous les réseaux sociaux dont on est membre? (ce qui me laisse encore sceptique...)

Si vous voulez voir ce que cela peut donner dès aujourd'hui sur Facebook, je vous conseille l'excellent billet de Cedric sur le service Beacon de Facebook à disposition des sites: mes activités sur ces sites se retrouvent publiées (à des fins publicitaires) dans mon feed d'activités FB quasiment à mon insu.... [pour les technophiles: c'est le mécanisme standard de tracking inter-sites qui est utilisé]

La sphère privée et Internet / Web 2.0: une longue saga! Google en général, Desktop, Street view, etc.... Ce n'est sûrement pas fini avec les Beacon de FB & Co: je parie que les prochains épisodes viendront des réseaux sociaux!

[Via N. Carr]

Source: blog Media & Tech (par didier durand)

1 commentaire:

Cédric (chouingmedia) a dit…

Salut Didier,
d'une part merci pour le lien, très bien vendu :)

D'autre part, à propos de notre activité de plus en plus dupliquée en ligne et pour le moment mal contrôlée, je vous rejoins : nous allons vers une société du contrôle. Mais ce qui m'étonne, c'est que ce contrôle est fait par les citoyens et non par les forces de l'ordre.

Loin de moi l'idée de vouloir donner des outils "big brother" à la police, mais de fait nous leurs offrons sur un plateau. Facebook et Youtube font désormais partie des premiers sites à être visités dans le cours d'une enquête. On y trouve bien plus d'informations que n'importe où ailleurs.

Via flickr, youtube, etc, nous nous transformons tous en "cybercop"... Pour celui qui voudra se protéger d'une exposition non souhaitée - par exemple apparaitre en second plan dans une vidéo postée sur youtube - la seule solution serait donc de rester chez soi ?

Cette probable société du contrôle m'inquiète au plus haut point, car elle implique une suppression de libertés fondamentales et crée une pression supplémentaire.