lundi, décembre 28, 2009

Ventes Amazon: les e-books dépassent les "vrais livres" le 25 Décembre !

Amazon annonce que les ventes de e-books pour son lecteur électronique Kindle ont dépassé celles de livres physiques le 25 décembre. Deux autres informations intéressantes: le Kindle a été le cadeau le plus commandé pour Noel dans l'histoire de Amazon et la bibliothèque Amazon est actuellement riche de 390'000 titres au format Kindle.

Bien sûr, il y a une explication simple: ce sont sûrement tous les petits gâtés qui ont découvert le Kindle sous le sapin de Noel qui se sont fait plaisir en le remplissant alors que les acheteurs de livres traditionnels étaient eux en train de cuver foie gras et dinde....

Malgré tout, c'est un pic (éphémère) est intéressant: il démontre que le livre électronique est en train de faire son chemin.

Pour "paver ce chemin", Amazon perd de l'argent à chaque copie vendue: les éditeurs vendent les livres à 12$ aux distributeurs comme Amazon, que ce soit une copie physique ou une copie électronique (à coût marginal nul!). Cette étude montre cependant qu'avec un prix de vente en gros de $5, le taux de marge des éditeurs serait préservé (pas les montants bruts). Il suffit donc à Amazon de pouvoir tenir dans ces pertes: la concurrence et le marché devraient faire le reste pour lui permettre de revenir à des prix de vente profitables. La résistance des éditeurs sera sûrement longue car le livre électronique comporte le risque élevé d'une désintermédiation pour ces éditeurs: Amazon pourrait traiter beaucoup plus directement avec les auteurs si le contenu n'était qu'électronique sans nécessité de lourdes imprimeries qui restent une bonne barrière de protection dans cette industrie....

Bien sûr la route sera encore longue mais le livre électronique "fera son trou" (sans jamais supplanter le bon vieux livre papier).

Et l'allié d'Amazon est sûrement inattendu: c'est Google qui en digitalisant sans permission (donc parfois à ses risques et périls devant la justice) 10+ millions de livres dont 1 million qui sont de plus retravaillés pour les restituer gratuitement dans un format compatible avec les lecteurs électroniques, le géant de Mountain View pousse par un autre angle les éditeurs à fournir leur contenu sous ces formats (afin d'éviter l'obscurité plus dangereuse à terme que la piraterie...)

Donc, nous avons passé ce 25 décembre un cap certes symbolique mais l'imprimerie électronique qui rendra l'accès aux contenus toujours plus démocratique et simple est maintenant en marche. Un certain Gütenberg doit s'en délecter!

Source: blog Media & Tech (par didier durand)

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Je ne suis toujours pas convaincu par les lecteurs d'e.book.
Ils tentent d'imiter le papier (sans l'égaler en définition ou en contraste) mais ils leurs manquent une capacité essentielle : pouvoir suivre des liens.
J'imagine que les e.books à venir (à écrire) seront parsemés de liens. Comme une balade sur l'Internet accompagné par l'auteur.

fourminus

d.durand a dit…

Bonjour Fourminus,

C'est sûrement vrai que les e-books n'égalent pas encore le papier sur certains aspects. Mais avec un peu de patience, ils y arriveront sûrement.

Le monde des inventions fourmillent de produits mauvais au départ qui ont ensuite largement dépassé leur prédéceseur: cf le bouquin de Clayton Christensen "Innovator's Dilemma" que je cite souvent qui a une large liste de telles situations

cordialement
didier