mardi, octobre 30, 2007

Publicité Internet: évolution historique du marché et répartition des budgets

Après les chiffres Skype et ceux de Youtube, je reprends encore ce graphique dans le rapport 2007 de Mary Meeker. Il détaille la publicité Internet ("online") sur le marché américain.

Les notes qui l'accompagnent sont intéressantes:
  • un marché publicitaire mondial estimé à 630 milliards de dollars pour 2007 (+4% sur un an)
  • la publicité en ligne aux USA estimée à 21 milliards pour 2007 (en croissance de 26% - sur un total mondial de 31 milliards selon ZenithOptimedia) qui représente 10% du gâteau publicitaire US total. Elle n'en représentait que 4% en 2002 et en représentera 17% en 2012.
Revenons au graphique, il est particulièrement instructif:
  • la courbe rouge de la croissance descend: le transfert des budgets vers Internet se poursuit pour rattraper le décalage audience / utilisation vs allocation publicitaire. Mais, on va arriver d'ici quelques années à une place "honnête" pour Internet dans le media mix des annonceurs (cf. prédiction 2012 ci-dessus)
  • le domaine du search engine marketing (SEM) / keyword marketing est celui qui tire ce marché vers le haut (cf la partie rouge des barres ci-dessus)
Pourquoi ? Parce que le SEM est très directement mesurable et parce que les mesures prouvent par des chiffres ce qu'il apporte. Le slide suivant de la même présentation de M. Meeker est 100% explicite:


Le SEM apporte 36% des nouveaux clients sur les sites de e-commerce, loin devant les autres moyens publicitaires en ligne.

Les annonceurs tracent ensuite ce que ces nouveaux visiteurs achètent et puisqu'ils achètent, l'annonceur continue à investir davantage sur le moteur de recherche.

De plus, le panier moyen d'achats permet de définir le prix maximum de l'enchère (le fameux CPC) pour que cette publicité reste rentable.

Une vraie économie de marché - au plus pur sens de la définition Wikipedia - se met en marche à travers la publicité SEM.

Elle aura clairement des répercussions à terme sur les formes publicitaires traditionnels qui devront à leur tour - d'une manière ou d'une autre ...- également devenir mesurables. (avec des chiffres objectifs...)

Source: blog Media & Tech (par didier durand)

5 commentaires:

Netcircus a dit…

Ca pose pas un petit problème quand les chiffres d'audience sont fournis sont fournis par ceux qui font la facturation ?

C'est un peu comme si NRJ ou TF1 avait sa propre mesure d'audience et facturait les annonceurs en fonction de cette mesure.

d.durand a dit…

Bonjour Netcircus,

les moteurs ne déterminent pas le prix des keywords: c'est le marché via le système d'enchères sur Adwords, Adcenter et Panama

S'agit-il d'autre chose?
didier

pierre a dit…

Il manque une catégorie de revenu dans le joli tableau de Morgan Stanley : celui de a fraude au clic :)

d.durand a dit…

Bonjour Pierre,

quelle fraude au clic? ;-))
didier

Anonyme a dit…

je ne pense pas qu'internet sera le media de cette anné vu que les publicité ne sont que d mensonge pour les annonceur des clients