lundi, octobre 16, 2006

Google docs: en mode offline et en marque blanche contre MS-Office?

F. Cavazza nous a récemment livré une analyse comparative des RIA ("Rich Internet Applications") et RDA ("Rich Desktop Applications").

les RIA sont la partie interface utilisateur, la face émergée de l'iceberg, de ce que j'appelle "Linternux" (voir ici, et )

Le point fort des RIA, c'est une interface aussi ergonomique (via AJAX) et confortable qu'un logiciel lourd à la MS-Office installé sur son PC mais avec en plus l'installation "à la volée" qui enlève toutes les peines (enfin, en théorie...) de mise en place initiale, puis d'installation des versions successives.

Sans entrer dans tout le niveau de détails et pour continuer dans les anglicismes, une RDA, c'est finalement une "RIA unplugged". En effet, elle continue à fonctionner alors que l'ordinateur est débranché d'Internet avec les même avantages que la RIA ci-dessus en ce qui concerne le support.

Google Docs récemment annoncé (d'accord avec Zorgloob, rien de révolutionnaire puisque c'est l'union de l'ex-Writely et de l'ex-Google Spreadsheets) est une RIA "pure": il faut être impérativement en ligne pour rédiger son document ou créer son tableur. Cela limite donc d'autant son potentiel d'utilisation pour les nomades professionnels que nous sommes tous en train de devenir.

Les application AJAX sont analysables "facilement" en rétro-ingénierie puisque c'est le code source Javascript lui-même qui arrive par le fil.

Le blog de ZDNet a utilisé cette possiblité pour disséquer l'ex-Writely. Les résultats sont intéressants:
  • a) Writely contient du code qui lui permettrait d'être stocké localement. Donc, une version 100% offline de Google Docs n'est pas à exclure....
  • b) Writely contient du code (choix dynamique des feuilles de style) qui permet de changer le schéma graphique de l'interface utilisateur.
Donc, supputons un peu:
  • a) permettra à Google d'offrir une version déconnectée de Writely beaucoup plus compatible avec notre usage nomade actuel du traitement de texte.
  • b) permettra à Google d'offrir son logiciel en marque blanche à des partenaires afin qu'ils "poussent" avec Google pour en maximiser la pénétration.
Bien sûr, ce peut être tout faux si ce ne sont que morceaux de code utilisés par les développeurs à d'autres fins pendant leurs tests et qui n'auraient pas été enlevés pour le passage en production....

Mais, les conjectures, c'est parfois drôle et excitant! ;-)

[Via Andreas pour le l'article ZDNet]

Source: blog Media & Tech (par didier durand)

2 commentaires:

Tonio a dit…

Savez-vous quel type d'objet est utilisé par Google Docs pour contenir le texte édité ?
Est-ce un objet HTML (input, textarea), Java ?

d. durand a dit…

Bonjour Tonio,

Non, je ne sais pas,

Par contre, j'ai tenté "reverse engineering writely" sur Google et cela amène des tonnes d'articles hyper intéressants sur le sujet.

Peut-être la piste à suivre?

a+

didier