jeudi, décembre 15, 2005

Selon "Nature", Wikipedia, la collaborative, aussi bonne que Britannica, la prestigieuse!

Si on mesure la nouveauté d'un phénomène à sa résonance médiatique, l'encyclopédie collaborative Wikipedia est alors une véritable innovation!

On parle actuellement d'elle de plus en plus souvent:
- elle a été "barrée" en Chine (trop subversive?) malgré les protestations de Reporters Sans Frontières
- elle a subi les foudres de J. Seigenthaler dans l'affaire de sa "biographie" jugée diffamatoire
- en conséquence, les règles de rédaction ont été modifiées pour augmenter la fiabilité du contenu
- le malheureux coupable de l'affaire Seigenthaler (qui voulait juste faire une petite farce à un copain...) est devenu chômeur pour avoir bricolé cette biographie depuis le bureau!

Eh bien, Wikipedia reste sous le feu des projecteurs mais cette fois pour le meilleur!

En effet, selon un article du très prestigieux magazine scientifique "Nature"(ici l'article complet), la qualité de Wikipedia est équivalente à celle de la très vénérable Encyclopaedia Britannica! Cette assertion globale doit être certes un peu restreinte. En effet, les sections scientifiques sont meilleures - selon Nature - que les sections sur les "humanités" (littérature, art, etc...). Il est clair que les rédacteurs scientifiques sont en cette fin 2005 sûrement déjà plus "accros" à Internet et ses services communautaires que le reste de la population car il fait
nécessairement plus partie de leur vie professionnelle.

Cette étude de Nature est rigoureuse: 42 articles sur des thèmes importants et traités par les 2 encyclopédies ont été revus par un panel d'experts des sujets en question. Sur 8 erreurs sérieuses, 4 provenaient de chaque encyclopédie. Au total (incluant les erreurs plus mineures y compris les coquilles typographiques), le score est de 162 (Wikipedia) à 123 (Britannica). C'est l'article sur Mendeleyev et sa classification atomique (pourtant un sujet scientifique...) qui est le plus mauvais chez Wikipedia avec 19 erreurs (dont certaines de simple orthographe)

Pour J. Wales, le fondateur de Wikipedia, cette qualité du contenu est le résultat de l'action de la même "sagesse des foules" ("wisdom of crowds") que celle que C. Newmark, le père de Craigslist, veut utiliser pour son nouveau projet de "censure qualitative de l'actualité"

Le San Jose Mercury News annonce que (bien sûr!) Britannica va mener sa contre-expertise avec son propre panel. Il rapporte également que même si des managers de Britannica ont dans le passé critiqué Wikipedia pour sa qualité, le discours actuel est plus mesuré et T. Panelas, le porte-parole de Britannica, lui reconnait des vertus comme la rapidité de création (elle m'avait fasciné dans ce billet lors des attentats de Londres!) et l'étendue des sujets traités (plus large que Britannica).

Pour compléter son étude, Nature a interrogé 1'000 de ses auteurs-experts d'articles: 70% connaissaient Wikipedia et 17% l'utilisent sur une base hebdomadaire. Mais seulement 10% contribuent à des articles sur Wikipedia.

Conclusion: Si vous suivez les liens de cet article (même celui sur Britannica....), vous verrez tout de suite laquelle de ces 2 encyclopédies est utilisable dans un contexte de journalisme citoyen comme Agoravox ou mon blog personnel Media&Tech. La gratuité et la liberté d'accès compensent très largement les petits défauts comparativement à ceux (coûts et blocage des accès libres) d'une "institution" comme Britannica!

PS: Wikipedia s'est mise en action dès la parution de l'article Nature:

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Je crains que l'on ne puisse pas logiquement déduire une proposition universelle de quelques dizaines de cas choisis sur des centaines de milliers (ou, aujourd'hui, sur près de 3 millions) !

d.durand a dit…

Bonjour,

C'est vrai que généraliser à partir d'un faible échantillon présente toujours un risque...

Mais, il y a justement un domaine sur lequel Britannica est largement dépassé: c'est le volume de sujets traités!

Anonyme a dit…

oui, mais il y avait de la marge ; cela dit, comme beaucoup d'articles de Wikipedia sont loin d'être correctement développés... Mais il était aussi possible de faire d'autres tests, comme d'autres personnes ont fait, tests portant sur les principes même de Wikipédia, et qui montrent par exemple que la correction spontanée de fonctionne pas.

d. durand a dit…

RE-bonjour,

Je veux bien être d'accord avec vous sur le fait que Wikipedia n'est pas parfait (sa jeunesse par rapport à Britannica lui donne encore du temps...)

Mais, surtout c'est son modèle intrinsèque de fonctionnement qui donne à réfléchir: il devrait gagner sur le long terme si l'on suite la philisophie de l'excellent billet de C. Anderson sur le sujet.

A lire absolument:
http://www.thelongtail.com/the_long_tail/2005/12/the_probabilist.html