dimanche, octobre 15, 2006

"Commentaire du jour [4]: Web 2.0 et "Free Culture": Esclavage 2.0 ou Troc 2.0 ?

[Commentaire du jour: quoi et pourquoi]

On poursuit la série des "commentaires du jour".

Aujourd'hui un lecteur anonyme (vraiment dommage, j'aurais aimé faire un lien vers lui. En tout cas, merci!) me pointe dans son commentaire sur mon billet "Free Culture" vers l'excellent article de InternetActu.

Il dit: "Je ne pense pas que Larry Lessig soit en accord avec les contrats d'utilisation de ces sites Web2.0. On parlera plutôt d'esclavage 2.0 ( voir cette très bonne synthèse d'InternetActu et les liens ) ou "Travail gratuit : Produire de la culture dans une économie numérique" .

Je suis allé voir Internet Actu: l'article contient (entre autre) les 2 passages repris ci-dessous en fin de billet.

Ce que j'en pense:
  • C'est très vrai que les sociétés du Web 2.0 sont là pour faire de l'argent (.... sinon cela ferait beaucoup d'ONG philanthropiques!)
  • mais leur usage continue à se développer très vite
  • donc, les utilisateurs ne sont pas dupes et ils n'ont pas souci à ce que des prestataires de services (Flickr et Technorati cités ci-dessus sont finalement ceci) fassent de l'argent avec leur contenu.
Pourquoi les utilisateurs acceptent? Parce que finalement, ils acceptent de payer la valeur ajoutée de ce prestataire avec leur temps et leur créativité. On paie certains services dans la vie "physiques" en espèces sonnantes et trébuchantes. Eh bien, les services du web 2.0, on les paie par un échange contenu original <-> valeur ajoutée!

Alors, Esclavage 2.0 ou Troc 2.0 ?
Merci d'avance de vos contre-arguments.

Passages de l'article Internet Actu:

Passage 1:


“Toutes les entreprises du Web 2.0 sont là pour faire du commerce, pour exploiter vos données personnelles afin de les faire fructifier, parfois même en vous faisant payer.

Technorati ne respecte pas le robots.txt [petit fichier qui permet d’interdire à certains moteurs de recherche d’indexer un site, Ndlr], Google se sert de votre contenu pour faire des revenus publicitaires, même si votre contenu est sous une licence d’utilisation non commerciale, etc.

Il faut arrêter de prendre les gens pour des imbéciles. Utiliser les concepts de liberté, de créativité, de beaux sentiments, de communautés pour mieux vous abuser, pour mieux pomper tout ce qui fait de vous un consommateur bien identifié est une arnaque.”

Passage 2:

“Dans une économie basée sur l’information, les données sont la matière première. Le flux des données créé un mouvement qui peut être exploité.

Comme un moulin à eau.

La différence est que ces minotiers n’ont pas besoin d’aller trouver une rivière : ils peuvent en créer une. Et c’est ce que des sites comme FlickR, Del.icio.us, Upcoming, YouTube, Newsvine et beaucoup d’autres ont fait.

Centraliser, centraliser, centraliser. Concentrer et contrôler.

Ce qui signifie :
1. Vos données ne sont pas sous votre contrôle.
2. Ce qui est fait avec vos données n’est pas sous votre contrôle direct.
Alors quoi ? Que font ces gens de vos données ? C’est assez simple : ils les utilisent pour rapporter des revenus publicitaires.”

Source: blog Media & Tech (par didier durand)

4 commentaires:

Jean-Marie Le Ray a dit…

Bonjour Didier,

En lisant ton billet, je ne peux m'empêcher de le mettre en rapport avec celui-ci. Le temps que je digère tout ça, tôt ou tard il va bien falloir que je fasse un billet là-dessus. :-)
Jean-Marie

Chrystian Guy a dit…

Je suis ébahi par l'usage abusif de l'expression 2.0. D'ailleurs, le smiley 2.0 (deux-points + zero) donne quelque chose comme:
:0
Le symbole de l'ébahissement avec la bouche grande ouverte!

Esclavage 2.0? Troc 2.0 Non mais arrêtez-les quelqu'un!

C'est comme si on voulait donner un nom, se donner un domaine d'étude avec sa nomenclature. Web 2.0, c'est un concept marketing de la bande O'Reilly repris par tout un chacun à sa manière et à quoi on tente de donner du sens... Il n'y en a pas!

Le Web n'est pas un logiciel avec des versions successives. Le Web est un médium. Son usage évolue par les technologies qui le composent, mais au final, le Web demeure un médium.

Arrêtons d'attendre le Web 2.0 comme la sortie d'un nouveau système d'exploitation. Ça n'arrivera pas comme ça.

d. durand a dit…

Salut Jean-marie,

Je le lirai avec plaisir ce billet à venir.

a+

didier

d. durand a dit…

Bonjour Chrystian,

Je n'ai pas vraiment de problème à voir le thème 2.0 à toutes les sauces.

Il y a certainement du buzz, mais malgré tout je pense que nous entrons dans une nouvelle ère (la seconde) pas de l'Internet mais de notre société et c'est l'Internet qui en est la source.

La nouvelle forme de communication du "Read/Write" Web permet à tout le monde de s'exprimer et d'être largement entendu.

Le pouvoir de la communication (donc le pouvoir tout court) passe à chacun d'entre nous.

C'est mon sentiment profond: on verra dans 5-10 ans si c'était vrai ou pas...

En tout cas, merci de vos pensées et commentaires fréquents!

didier