vendredi, janvier 20, 2006

IFPI: évolution (officielle...) du marché de la musique numérique en ligne

l'IFPI (Internation Federation of Phonographic Industry - Zürich) publie un rapport annuel (le pdf complet est ici) sur l'évolution 2005 de la musique numérique et en ligne. En substance
  • un chiffre d'affaires de 1.1 milliard de dollars pour les compagnies de disques contre 380 millions l'année précédente (6% des revenus contre 0% environ il y a 2 ans)
  • 420 millions de chansons ("singles") téléchargées sur un catalogue global de 2 millions de titres. 2.5 millions d'abonnés aux services type Napster, iTunes (présent dans 21 pays), etc...
  • le téléchargement de musique (y.c. sonneries) sur les mobiles représente 40% de ces revenus. Au T1, la musique mobile au Japon avec 211 millions de dollars représentait 96% du total IFPI!
  • en Allemagne et en Angleterre, il y a maintenant plus "d'acheteurs légaux" que d'adeptes du P2P illégal. Pas tout à fait le cas en France selon Guillaume: serions-nous finalement les rebelles fraudeurs invétérés dont toute la planète nous prête réputation.
D'ailleurs, c'est peut-être cette affreuse tendance au "téléchargement gratuit" (piratage?...) en Europe qui fait que les européens n'ont acheté que 62 millions de chansons en ligne alors que les américains en ont eux acheté 353 millions!

En résumé, les autres chiffres clefs du marché de la musique numérique (issus du PDF)


l'IFPI se veut rassurante sur la tendance du piratage malgré 19'400 actions légales dans 17 pays! Son argument: alors que les connexions ADSL (large bande) explosent toujours, le nombre de fichiers illégaux à disposition stagne:
Source: rapport en PDF

Libération explique clairement que l'industrie de la musique vit une vraie révolution: "la révolution numérique permet une baisse sans précédent des coûts de production et surtout de distribution des oeuvres, pouvant de plus en plus facilement être vendues directement, de l'artiste au consommateur. Bien plus que la pratique massive du téléchargement, cette baisse des coûts fragilise l'industrie du disque ; mais comme il serait aussi vain de s'y opposer que pour un fabricant de bougies de chercher à interdire les ampoules électriques, les lobbies du disque concentrent leurs efforts sur l'encadrement du téléchargement. Ce combat risque bien d'apparaître, dans quelques années, assez étrange et, disons-le, d'arrière-garde."

L'évolution du droit d'auteur (de des droits voisins) est au centre de la problématique de cette nouvelle économie numérique. Il revient à chaque fois: Google se bat avec les éditeurs de livres depuis des mois sur le sujet. Dans la musique numérique, c'est le même sujet!

Il faut donc des propositions comme celles de Guillaume pour faire avancer le schmilblick! Mais le débat sera encore long....

1 commentaire:

Guillaume Champeau a dit…

Quand on voit l'IFPI qui annonce 6% de CA internet/mobiles, et le Snep en France qui apparemment serait autour de 4% en 2005... Tout cela me rappelle furieusement un graphique que j'avais simulé il y a deux ans à partir d'un graphique publié dans le Monde :
http://www.champeau.info/ldc/chiffresphonographiques_evolution.jpg

L'histoire se répète sans cesse...