samedi, juin 02, 2007

[Fun] A ce rythme, je serai aussi bientôt "au gnouf"

Dans l'état du Michigan, un brave automobiliste qui s'arrêtait chaque jour devant un café offrant un accès wifi gratuit pour lire ses emails avec son portable depuis sa voiture (sans consommer) vient d'être condamné:
  • 400 $ d'amende
  • 40 heures de travaux d'utilité publique
  • il aurait pu prendre jusqu'à 5 ans de prison!
Tout cela pour "accès illégal à un réseau informatique" alors que le café en question offre cet accès à ses clients. La patronne du café en question elle-même a déclaré qu'elle n'y voyait pas le problème...

On a la même situation légale en France?

Si c'est le cas, je pourrais bien me retrouver au gnouf rapidement: je confesse utiliser parfois des accès wifi gratuits (et non sécurisés) quand j'en ai besoin car ils pullulent désormais dans nos villes...

Donc, si il y a un de ces jours un grand black-out sur Media & Tech, vous saurez pourquoi! Cela voudra dire que je n'aurai pas trouvé d'accès wifi dans la prison où ma première utilisation wifi "frauduleuse" m'aura conduit ;-)

PS: vous auriez aussi une chance de m'y rejoindre par les mêmes pratiques?

Source: blog Media & Tech (par didier durand)

6 commentaires:

Luc a dit…

Je ne comprend pas bien l'histoire.

la patronne offrait l'accès wifi a ses clients, cela ne la dérangeait pas que le mec en profitait sans payer.

pourquoi est comment s'est il fait condamner alors si cela ne dérangeait personne ?

aux états unis, on condamne les gens qui ne dérangent personne alors ?

je pense que dans le cadre des accès wifi gratuit et/ou non protéger, il faut deux poids deux mesure.

je comprend que le proipriétaire d'un accès wifi non sécurisé ne voudrais pas voir son accès squatter. il faut quand même des "connaissances techniquesé pour sécuriser la choses. maintenant un accès déclarer offert, il faut pas se plaindre si des gens s'y connectent et en abuse.

la question de la prison me fais pas mal réfléchir.

un prisonnier doit il pouvoir avoir accès au web ? il me semble qu'en france, être en prison signifie une privation de liberté, mais pas des droits, pourrait on imaginer avoir un accès au net en prison ? oui ? non ? qu'en pensez vous ?

moala a dit…

Est-ce que c'est le fait qu'il s'y connecte sans faire connaître et enregistrer son identité ? (Comme en France où on veut que les cybercafés enregistrent l'identité des clients qui viennent…)

d.durand a dit…

Salut Luc,

Le type s'est fait condamné sur une initiative personnelle du chef de la police locale selon l'article que je lie.

PS: je ne suis pas un spécialiste de la prison mais la privation de communications fait partie de la peine (cf. les tel. portables interdits)
a+
didier

d.durand a dit…

Bonjour Moala,

Comme répondu à Luc: c'est une initiative du resp de la police locale sur le thème d'un "accès non autorisé à un réseau" même si la patronne du café n'y voyait aucun incovénient.
a+
didier

LeParrain a dit…

Ce genre de faits divers est typiquement américain... En espérant qu'on ne tombe jamais aussi bas en France.
(Je pars du principe que ce monsieur ne faisait pas une utilisation illégale du service bien évidemment)
A bon entendeur,

d.durand a dit…

Bonjour LeParrain:

Ce n'était pas illégale: la patronne du café avoue ne pas comprendre le zèle de la police municipaée par rapport au service qu'elle offre avec plaisir.

didier